Le Cafetier

Journal des cafetiers, restaurateurs et hoteliers romands

 

Obligation d’annoncer: facile, rapide et gratuit

L’obligation d’annoncer les postes de travail vacants concerne fortement les membres de la SCRHG, la Société des Cafetiers Restaurateurs et Hôteliers de Genève. 

A partir du 1er juillet 2018, les patrons et les directeurs d’établissements et d’entreprises avec des professions dont le taux de chômage dépasse les 8% ont eu l’obligation d’annoncer prioritairement à l’Office cantonal de l’emploi (OCE) les places et les postes vacants. Les cafetiers, restaurateurs et hôteliers du canton de Genève et en particulier les membres de l’association patronale SCRHG sont dans cette situation-là. Ils peuvent consulter à ce sujet les professions qui les concernent. 

Cela signifie qu’avant de publier leur annonce sur les sites des agences d’emplois, sur internet ou dans les journaux, les employeurs devront attendre cinq jours. Et ils devront les annoncer en priorité à l’Office cantonal de l’emploi. 

L’annonce sera donc sous embargo 5 jours auprès de l’OCE, qui elle-même aura trois jours pour pousser les dossiers les plus en rapport avec la demande de l’employeur. Celui-ci devra se montrer attentif, car toute négligence dans l’obligation d’annonce pourra entraîner une amende de 20’000 francs pour la première omission et de 40’000 francs pour la deuxième. 

Cette obligation est la conséquence de la votation du peuple suisse, il y a quatre ans, contre l’immigration de masse. L’ordonnance définitive d’application en provenance de la Confédération vient de sortir: l’obligation d’annoncer les postes vacants est obligatoire. A partir du 1er juillet dernier, les employeurs doivent donc aller sur
www.travail.swiss et faire l’annonce en ligne. Celle-ci sera prise en charge par l’OCE si l’entreprise est sur Genève.

Séances d’informations

Le directeur du Service Employeurs de l’OCE Charles Vinzio craint que les 2300 établissements de la branche des Cafetiers, Restaurateurs et Hôteliers de Genève ne soient pas suffisamment informés. 

«Les choses monteront en puissance progressivement», rassure-t-il. «Au début, nous aurons un préjugé favorable envers nos partenaires employeurs». L’OCE sera un partenaire valable, lui qui peut se prévaloir d’une expérience similaire dans le domaine des TPG (Transports publics genevois) avec les placements volontaires des conducteurs et conductrices de bus et de trams. Elle a également de l’expérience dans le domaine du Léman Express ou encore dans celui des soins et de l’Hôpital. 

8000 postes à l’année

«Concernant le domaine plus spécifique de l’hôtellerie et de la restauration, l’OCE dispose d’un conseiller  qui est un professionnel issu directement de la branche, avec une longue expérience dans le catering Swissair, dans de grands groupes hôteliers et dans les Ressources Humaines», ajoute Charles Vinzio. «Il connaît donc le métier et possède une grande compréhension des besoins de ses partenaires patronaux. Et je tiens également à rappeler que l’OCE traite 8000 postes de travail à l’année».

L’exercices se révèle-t-il difficile pour l’employeur? Charles Vinzio assure que non. Le formulaire est très facile à remplir en ligne. «Nous aimerions assurer à nos futurs partenaires que l’obligation d’annoncer des postes vacants, c’est facile, c’est rapide et c’est gratuit. J’ajoute que des professionnels qualifiés et prêts à l’emploi, il y en a beaucoup à l’OCE. Donc nous nous ferons un plaisir de collaborer avec leurs futurs employeurs».

Pascal Claivaz

VOIR AUSSI : https://www.facebook.com/journallecafetier/

https://www.facebook.com/societedescafetiersgeneve/

Total de votes: 41