Le Cafetier

Journal des cafetiers, restaurateurs et hoteliers romands

Esprit shopping du terroir avant les fêtes

Les produits du terroir sont «IN», les consommateurs les adorent et leur production connaît une relance bienvenue pour l’économie des régions gustatives de notre belle Suisse. Et il y en a pour tous les goûts!

Il trône dès la mi-novembre un air de célébration, annonciateur des festivités de fin d’années. Dans un élan de shopping, notre rédaction s’est mise à la recherche de pépites inédites du canton de Neuchâtel.

Côté panière

La farine locale, cela vous parle? Le Moulin à farine panifiable du Val-de-Ruz, tenu par Christine et Gérald Tock aux Hauts-Geneveys, propose des farines de différents types à l’attention de ceux qui font leur pain, particuliers ou professionnels. La relance des boulangeries artisanales, quasi disparues à l’essor de la grande distribution, est particulièrement bénéfique à l’économie locale. Le pain maison est apprécié des connaisseurs, ce qui est une réelle plus-value pour les restaurants qui intègrent cela dans leur concept de restaurant. De plus en plus de particuliers pâtissent aussi chez eux, inspirés par les multiples émissions culinaires proposées par les grandes chaînes de télévision et autre vidéos postées en ligne sur YouTube ou par des blogueurs. Pour pâtisser sur le canton de Neuchâtel, le Moulin du Val-de-Ruz propose des produits sans additifs, la Farine des paysannes neuchâteloises (U.P.N.) (farine de froment, de seigle et d’épeautre, pavot) ou encore la Farine Valruz (farine de froment, graines de lin, de sarrasin, de tournesol, de pavot et du blé concassé), des mélanges parfaits pour les pains gastronomiques qui complètent les standards du quotidien, la farine blanche et mi-blanche. Parmi les produits finis du boulanger, on retrouve la Britchonne, douce et safranée, parfaite avec un foie gras ou un fromage de chèvre ou encore la fameuse Taillaule, brioche légère aux raisins qui a une place de choix au brunch d’une table d’hôtes.

Grand choix carné

Le choix des produits carnés typiquement neuchâtelois est assez épatant. La Boucherie Centrale est la reine de la chipolata. La Neuch à Moi est typée, agrémentée d’épines de sapin, la Neuch à l’Absinthe du Val de Travers est un produit typique à découvrir absolument, Absinthe que l’on retrouve aussi dans leurs saucisses sèches et à cuire. Les saucisses de la Boucherie Centrale ne sont pas en reste. On en trouve à l’agneau/bœuf, au buffle avec ou sans mozzarella. En version sèche, on retrouve la saucisse à l’ail, et celle au Marc de raisins secs ou encore au piment. Ceux qui préfèrent les pâtés seront servis avec la Terrine de campagne et un clin d’œil aux restaurateurs: allez voir les volailles de la Ferme des Bouleaux, située en face de la Fromagerie des Ponts-de-Martel, à 1’000 mètres d’altitude. La famille Jeanneret y produit pintades et dindes. Elle s’est mise également à élever des chapelons (chapons non castrés, pour des raisons d’éthique animale chère au cœur de Mme Jeanneret – merci). La production de chapelons est en cela écologique qu’elle nécessite relativement peu d’énergie et très peu de déplacement. La Ferme propose les chapelons pour la période des Fêtes et des lapins toute l’année.

Douceur de luxe

Alors que les abeilles sont officiellement en voie de disparition, Neuchâtel demeure une région propice à l’apiculture. Certaines variétés sont assez rares, et donc intéressants en cuisine créative, comme le Miel de Feuillus, composé de Nectar de tilleul, de trèfle et du miellat des érables, frênes et tilleuls, ou le Nectar de fleurs de pissenlits. Des produits devenus un luxe alors que la plupart des miels de la grande distribution sont réduits à un composé de sirop de glucose ou sont allongés avec de l’eau. Une raison de plus pour préférer acheter local, de saison, à des producteurs que l’on connaît et qui contribuent à l’essor économique de notre région.

Sandy Métrailler

VOIR AUSSI : https://www.facebook.com/societedescafetiersgeneve/

https://www.facebook.com/journallecafetier/

Total de votes: 38