Le Cafetier

Journal des cafetiers, restaurateurs et hoteliers romands

 

PRODEGA GROWA TRANSGOURMET

La ferme plus belle qu'avant

Vaud

Un exploitant du Pays-d’Enhaut mise sur le développement de son activité. L’Aide Suisse aux Montagnards intervient dans l’agrandissement et la rénovation d’un ancien rural en stabulation entravée. 

Exploitant du domaine des Bédés, à 1100 mètres au-dessus de Château-d’Oex (VD), Alexandre Lenoir est également producteur de l’Etivaz depuis 11 ans. Menuisier de formation, il reprend l’exploitation de son grand-père en 1994 et développe son activité jusqu’à constituer un cheptel de 29 vaches laitières et 10 génisses des races Red Holstein et Holstein. Le changement des normes de détention du bétail et le nombre croissant de bêtes l’obligent à rénover et agrandir l’ancienne écurie de 1964. Grâce au soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards, les vaches ont intégré le nouveau bâtiment début février. 

Se développer pour survivre
Alexandre Lenoir a passé une grande partie de son enfance et de son adolescence sur l’exploitation de ses grands-parents. Il aimait plus que tout passer son temps libre à la ferme. En 1994 après une formation de menuisier, Alexandre décide de se tourner vers sa passion de toujours: l’agriculture. Il reprend tout d’abord l’exploitation de ses grands-parents à mi-temps. En 1997, il se lance à 100% avec l’aide de son grand-père qui continuera à lui donner de nombreux coups de main jusqu’à l’âge de 90 ans.
Depuis plusieurs années, Alexandre envisageait de rénover l’écurie et la grange. Début 2016, il prend en considération plusieurs alternatives et son choix final portera sur la construction d’une stabulation entravée, plus adéquate et moins coûteuse. 

Miser sur la qualité d’un produit de niche
La nouvelle écurie, plus lumineuse et plus spacieuse, peut accueillir jusqu’à 34 vaches laitières en stabulation entravée et 23 génisses en stabulation libre. La construction respecte les normes SRPA, visant le bien-être des animaux. La traite directe est automatisée et la grange attenante est équipée d’un séchoir doté d’un système écologique de récupération de chaleur.

En plus de son exploitation à Château-d’Oex, il loue deux alpages en été. Alexandre fabrique ainsi 11 tonnes d’Etivaz par saison, sa plus importante source de revenu. «La création d’une coopérative de producteurs sans intermédiaires a sauvé la production laitière de notre région. Aujourd’hui, il est important de miser sur des produits de niche haut de gamme pour s’en sortir». Pendant la saison hivernale, 100'000 litres sont livrés à la laiterie de Château-d’Oex. Le paysan souligne, les yeux pétillants: «nous gagnons moins en hiver et un peu plus en été à l’alpage. Mais quand on aime ce que l’on fait, on ne compte pas les heures de travail».   

Rationnaliser pour être performant 
Grâce au soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards, le travail d’Alexandre est beaucoup moins pénible qu’avant. La traite et l’affouragement sont rationnalisés, les tâches journalières requièrent moins de temps pour être exécutées. Henri Rouge, expert bénévole de l’Aide Suisse aux Montagnards, souligne la pertinence du soutien financier octroyé par la Fondation: «L’exploitation est bien organisée et viable à long terme. Ne rien faire aurait condamné l’exploitation à diminuer son effectif en bétail et à disparaître». 

JC Genoud-Prachex

Total de votes: 30