Le Cafetier

Journal des cafetiers, restaurateurs et hoteliers romands

 

Au château de Prangins on déjeune sur l’herbe

Le château de Prangins, le plus grand édifice suisse du 18e siècle, possède un potager devenu en 1998 conservatoire voué à la préservation d’anciennes variétés. Elles alimentent le restaurant attenant, qui participe à la Semaine du Goût.

Cela pourrait être un tableau de Monet; en fait c’est dans le cadre de la Semaine du Goût. Et c’est au château de Prangins. Chaque année depuis 2008 à pareille époque, la demeure se pare de ses plus beaux atours pour offrir, en plus du magnifique musée qu’elle abrite, une journée de délices en tout genre, à l’enseigne du Déjeuner sur l’herbe. 

C’est une invitation à passer une journée en famille dans un cadre idyllique. Choisir son pique-nique sur les étals du marché à l’ancienne, savourer ces mets du terroir sous les tilleuls en quinconce, découvrir le musée et son potager grâce aux nombreuses activités. Voilà une proposition de sortie haut en couleurs, alternant divertissement et culture. Clou des festivités : un concours ouvert à tous ceux, petits et grands, qui auront pris la peine de se vêtir à la mode du 18e, 19e ou 20e siècle. Robes à paniers, corsages en jersey de soie et culottes de taffetas rivaliseront d’exubérance et d’élégance, sur des airs baroques dans le parc du château. C’est dimanche 30 septembre, dès 10 heures et la réservation est recommandée.

Un restaurant charmant

Pour y accéder, il faut longer le potager du château. Installé dans l’aile ouest, le restaurant vous accueille en toute simplicité. Une simplicité qui contraste avec les ors du château, d’ailleurs. Le Lyonnais Philippe Bozaldes est le gérant du restaurant depuis bientôt deux ans. Lorsqu’il fut nommé, ce dernier fonctionnait encore selon le principe du self-service. Depuis, il a mis un soin particulier à ce que fonctionne un service à la place. Aidé de son cuisinier lui aussi Français, mais du Sud-Est, il propose tant au visiteur occasionnel qu’à la quarantaine d’habitués – les collaborateurs du château, Musée national suisse, des Pranginois et même des Nyonnais – une carte de saison – proposant les produits du potager. Car chaque matin, le jardinier vient lui présenter ses plus beaux légumes et ceux-ci se verront figurer sur le menu du jour, à l’instar de la crème d’asperges. Quant aux écrevisses des ravioles, elles proviennent du lac. 

Le restaurant est donc ouvert à midi et propose un repas à CHF 24.- composé d’une entrée, d’un plat du jour et d’un dessert. La quarantaine de clients passe à 130 les jours de brunch (les samedis et les dimanches), proposé à CHF 32.- avec un buffet à volonté. 

Tout ce qui est proposé au restaurant, souligne Philippe Bozaldes, est «issu du potager qui produit sans pesticides». C’est pratiquement quelque 180 espèces de fruits, légumes et plantes qui étaient cultivées au château au 18e siècle et qui sont aujourd’hui miraculeusement ressuscitées. De plus, tout est fait maison, y compris le pain. 

Avec les beaux jours, la magnifique terrasse offre 60 places supplémentaires et un panorama des plus plaisants. 

Lionel Marquis

VOIR AUSSI : https://www.facebook.com/journallecafetier/

https://www.facebook.com/societedescafetiersgeneve/

Total de votes: 42