Le Cafetier

Journal des cafetiers, restaurateurs et hoteliers romands

 

Une terrasse séduisante, outil stratégique?

Le paraître, encore le paraître, penseront certains. Si la décoration d’un restaurant prolonge la durée de visite du client et lui fait répéter cette expérience agréable le plus souvent possible, qu’en est-il durant la période estivale? Point de vue et astuces pour optimiser vos investissements.

Spécialiste de l’image de marque de grandes sociétés nationales et internationales depuis de nombreuses années, j’ai vu évoluer les tendances en matière d’identification des marques auprès du public par le biais de leur habillage. Des tendances qui peuvent varier rapidement, allant du tout à son contraire, avec un look très clinquant un jour, qui vire au gré des courants du design et peut prendre des allures et des lignes beaucoup plus sobres et des tons plus modérés en un temps record. Que faire alors pour mettre tous les atouts dans votre jeu pour la belle saison à venir?

L’accueil au centre
J’enfonce évidemment une porte ouverte pour tous les anciens étudiants des écoles hôtelières, pros de l’accueil, que dis-je, de l’Accueil avec un grand A. Pour les moins aguerris, j’aimerais faire part de mes observations sur cette double tendance. La volonté, d’une part, d’obtenir un aménagement qui soit efficace en termes de rendement (nombre de tables au m2 extérieur investi) et d’autre part, la notion cruciale et parfois mésestimée de l’identification visuelle (voir expérientielle) avec votre concept. Si la première variable vous mènera à acheter avec la raison, compte tenu de données chiffrées, la deuxième fera pour sa part clairement appel à votre cœur. L’accueil, vous vous souvenez? Ainsi, le restaurateur devra acheter sur des critères quantitatifs et rationnels faisant appel à son cerveau gauche, et contre toute attente, c’est l’affect qui fera la différence avec l’identification avec les valeurs de sa marque, sur des bases qualitatives et subjectives, pour cette la partie décidée par son cerveau droit.

Ce petit quelque chose…
Prenons un exemple. Votre concept clame les valeurs écologistes et affiche une carte constituée de produits locaux, choisis avec soin dans des circuits de distribution courts? Inutile alors d’opter pour ces petites chaises fun, pourtant pile poil aux dimensions les plus rentables, et dont le prix défie pourtant toute concurrence européenne. Partir à la recherche d’un choix de chaises et de tables dans un esprit récup’ (pourquoi pas dépareillées?), trouvées chez Emmaüs ou sur le bord du trottoir d’en face est une option à la fois très tendance et bien plus responsable. Une fois les différents éléments repeints dans les couleurs Pantone correspondant au plus près à votre univers visuel (pourquoi pas avec le sigle figurant au dos et quelques pots de fleurs de saison en pots), vous voilà paré pour arborer fièrement votre terrasse dans des accords d’une parfaite harmonie avec ce «petit quelque chose» d’unique. Cela fera de votre établissement un choix cohérent et inédit pour vos clients. 

Rentabiliser de manière créative
La terrasse étant la vitrine même de votre restaurant, elle devient votre carte de visite. Par ce biais, vous vous trouvez devant l’opportunité de transformer ce qui représente une source de coûts en un véritable outil d’attraction de nouveaux clients. Ceux qui y seront sensibles (et ils sont plus nombreux que vous pourriez le penser, les citadins qui apprécient un arrangement floral en pot bien entretenu) n’attendront plus que d’être convaincus par la sympathie de votre entregent, pour avoir envie de poursuivre l’expérience chez vous, une fois le froid revenu.

Les plus malins profiteront de surcroît de l’effet «relations publiques» généré par les villes qui promeuvent les terrasses fleuries. En soignant votre devanture, remporter ce genre d’épreuve vous assurera une campagne de relations publiques partiellement portée par les principaux canaux de communication de votre ville. Encore une manière de rentabiliser de manière inventive vos investissements.

Sandy Métrailler

Total de votes: 137