Le Cafetier

Journal des cafetiers, restaurateurs et hoteliers romands

 

Divinum, à l'écoute des terroirs suisses

Vaud

Né en 2017, le salon morgien des vins du monde, baptisé Divinum, prône l’œnologie et ses trésors. Bilan 2017 et aperçu de ce qui vous attendra entre du 11 au 16 avril 2018 au Parc des Sports à Morges.

Divinum vous invite à la découverte de domaines viticoles d’exception ainsi qu’à la dégustation de crus de tous horizons. La 2e édition sera l’occasion pour les 130 vignerons présents de présenter les 1264 vins à déguster sur place, avec cette fois-ci un hôte d’honneur bien helvétique. Rencontre avec Nicolas Baechler, chef de projet. 

Divinum est un évènement en plein essor, quelles tendances et enseignements sont à tirer de l’édition 2017?
L’édition 2017 était une première pour nous avec ce salon. Nous sommes très satisfaits des 15’000 visiteurs et 117 exposants qui ont répondu présents. Une tendance de fidélisation se dessine déjà, puisque 90% des exposants sont revenus. Nous avons même dû refuser des exposants. Construire un tel évènement est un gros challenge, notamment en termes de budget en logistique et infrastructures. Cette année, Divinum s’étendra sur une surface de 3000 m2 sur un seul niveau. Les vignerons, pour leur part, se sont montrés très enthousiastes. Nous collaborons beaucoup avec les vins de Morges et de la Côte. Nous invitons tous les exposants à nos séances pour répondre au mieux à leurs besoins, par exemple en ajustant les horaires du vendredi ou encore par rapport aux accès sur le site de l’évènement.

La Ville de Morges héberge l’évènement depuis l’an dernier, quels sont vos retours de leur part? 
Ils ont été très positifs et le sujet était délicat, car c’était une première. Notre agence les connaît déjà par son travail sur le Tour de Romandie. Les autorités morgiennes étaient bien conscientes de l’enjeu budgétaire de la pérennité de s’évènement. Ils ont été à notre écoute et c’est une collaboration très agréable. Vu le projet de réhabilitation du Parc des Sports, nous cherchons ensemble des solutions pour adapter à terme la configuration du salon Divinum. D’un côté plus festif, la Fête de la tulipe se déroule en même temps que Divinum et le repas de soutien de l’organisation aura lieu au sein de notre espace restauration. Nous collaborons aussi avec eux et la ville de Morges pour les aspects de décoration.

Après la Sardaigne en 2017, c’est Neuchâtel Vins & Terroir qui sera l’hôte d’honneur de l’édition 2018, un acteur majeur du terroir romand. Un commentaire sur ce choix?
C’est une collaboration avec Neuchâtel Vins & Terroir, qui disposera d’un joli stand à l’entrée du salon et présentera plusieurs produits et exposants de leur terroir. Il est important pour nous de faire la promotion des vins suisses. Les propositions arrivent de différentes régions pour être hôtes d’honneur. C’est un rôle qui répond à différents critères comme par exemple la capacité à gérer sa présence en personnel pour toute la durée du salon, à anticiper les aspects logistiques voire douaniers, à mesurer en somme les implications concrètes liées à une telle manifestation.

Votre salon est gage de surprises… quelques nouveautés à signaler pour 2018?
En effet. Or surprendre est lié à des contraintes que nous devons anticiper, comme le nombre maximum d’exposants accueillir ou quel type d’animations choisir. Concours, signalétique, vestiaire… nous nous adaptons continuellement, à l’écoute des réactions des visiteurs. Cette année, nous avons amélioré la visibilité du salon en termes de communication, avec davantage d’annonces. De nouveaux partenariats ont été conclus, tels que celui avec Tamedia et Le Matin qui nous amènera du contenu rédactionnel. Et d’autres mesures viennent compléter le plan média: affichage, sets de table, réseaux sociaux… Un concours aura lieu, en partenariat avec la radio LFM qui sera présente sur le salon, avec un direct de deux heures à l’ouverture le mercredi. 

Chassot Concept a lâché l’organisation du Slow Up Gruyère, quelle est la météo pour les organisateurs d’évènements en Suisse?
La difficulté d’un évènement comme le Slow UP est sa gratuité, qui le rend tributaire à 100% du sponsoring, avec un budget énorme. La logistique est également imposante, avec le fait de fermer 25 km de route, en été. Quand les partenaires peinent à jouer le jeu, il vaut mieux arrêter. Nous nous consacrons à d’autres projets évènementiels, comme Esta Snow Fest à Estavayer-le-Lac, qui a lieu en hiver, une période idéale pour nous. Notre agence a beaucoup misé sur le sport, mais les attentes de gens ont changé. Il faut leur apporter une touche d’originalité, comme par exemple le Mud Day (journée de la boue), un challenge d’environ 13 kilomètres avec plus de 22 obstacles inspirés des parcours du combattant. Nous serons aussi en charge de la Fan Zone à Estavayer-le-lac de la prochaine coupe du monde de football, en juin-juillet prochains. La clé des professionnels de l’évènementiel est d’être réactifs par rapport à la demande du public et réalistes en termes de ressources. En effet, Divinum emploie 2 personnes à temps complet pendant 4 mois.
 

Pamela Chiuppi
 

salon-divinum.ch

Total de votes: 51