Le Cafetier

Journal des cafetiers, restaurateurs et hoteliers romands
 

PRODEGA GROWA TRANSGOURMET

La jeune tradition des vins du Jura

Le canton du Jura offre des conditions géologiques favorables à la viticulture. Les vignerons locaux s’efforcent d’en tirer le meilleur parti depuis la création du canton, en 1978.

Les domaines viticoles du Jura sont plus que restreints ce qui n’empêche pas une grande diversité des cépages rouges et blancs. Aurèle Morf, de la Cave Saint-Germain, à Moutier, est l’un des quatre viticulteurs de la région. «Les vins du Jura représentent 50 000 bouteilles, explique-t-il, la production est très locale». Elle a beaucoup progressé ces dernières années en termes de qualité comme le souligne Jean-Luc Pittet, restaurateur à l’Auberge Vert-bois, de Mont-Crosin.
Aurèle Morf vend la moitié de sa production à des restaurants, 30% à des particuliers et 20% à des revendeurs. Le succès des vins jurassiens dans la gastronomie a cependant des limites. En effet, comme l’explique Jean-Luc Pittet, «dans notre activité, nous avons besoin d’être alimenté toute l’année et parfois, il n’y a pas assez de stocks». 

Dans la commune de Buix, située à près de 400 m d’altitude, la vigne du Clos des Cantons profite d’un micro-climat caractéristique du Jura. Le domaine, qui comprend 6,5 hectares de vignes, a été créé en 1988 par Didier Fleury, qui en est aujourd’hui propriétaire. Depuis 24 ans, ses crus Garanoirs, Riesling-Sylvaner et Pinot gris font le bonheur des consommateurs locaux. De même que les blancs apéro et cuvé apéro Gewürztraminer de Martin Buser, vigneron à Montsevelier et Liesberg. Son vin doux naturel n’a rien à envier aux Sauternes et aux vins de glace.

Il est également possible de trouver dans la région des bouteilles de Régent rouge de chez Valentin Blattner, vigneron à Soyhières, mais surtout du muscat de la Birse. Ce vigneron, Bâlois d’origine, produit une dizaine de cuvées, vins de cépage ou d’assemblage, ce qui représente au total entre 2 000 et 4 000 bouteilles chaque année. Valentin Blattner fait aussi figure de précurseur dans la région par ses recherches sur les cépages, notamment de saphira, pour les rendre résistants au froid et aux maladies cryptogamiques comme le mildiou. 

Aurèle Morf estime qu’un changement de climat et une hausse des températures à l’avenir pourrait déboucher sur une augmentation du nombre de vignerons dans la région.

Arnold Kohler

Photo: Aurèle Morf dans sa vigne à Moutier. © DR

Total de votes: 230