Le Cafetier

Journal des cafetiers, restaurateurs et hoteliers romands
 

PRODEGA GROWA TRANSGOURMET

Raymond Burki: «Le vin, un sujet universel»

Vaud

Propos recueillis par Frédéric Finot

Raymond Burki, le célèbre caricaturiste et dessinateur de presse qui a œuvré près de 40 ans au quotidien 24 heures et de nombreuses années au Courrier International est le parrain de la 20e édition du salon Arvinis.

Raymond Burki, pourquoi avoir accepté le parrainage du 20e salon Arvinis?
La première raison est tout simplement parce que j’aime le vin mais aussi parce que le thème du vin, de la vigne et des vignerons m’a inspiré quelques dessins que j’avais d’ailleurs exposé il y quelques années dans les halles d’Arvinis. Alors quand Philippe Fehlmann s’est rapproché de moi pour être le parrain 2015, j’ai tout de suite accepté, ravi de réitérer l’expérience. Et puis, en tant que voisin, j’habite Epalinges depuis plus de trente ans, c’est un vrai plaisir de participer à une manifestation de la notoriété d’Arvinis.

Quel sera votre rôle au cours de la semaine?
Une exposition de mes dessins se tiendra au restaurant du salon et au Barvinis pendant toute la durée de la manifestation. Je serai présent le mercredi 15 avril pour dédicacer mon dernier ouvrage Grands crus, qui retrace 38 ans de carrière au journal 24 heures. Et pour tout dire, j’espère bien déguster quelques bons crus.

Que symbolise le vin pour vous?
En bon vaudois, je suis amateur de Chasselas qui pour moi est un peu synonyme d’apéritif. Alors bien sûr ce moment privilégié symbolise avant tout l’amitié, la convivialité. J’aime partager avec une bande de copain, attablé à une terrasse ombragée, une petite tranche de vie bien agréable même s’il peut nous arriver de nous attraper sur tel ou tel sujet. Quoiqu’il en soit cela finit toujours dans la bonne humeur.
Le vin est-il un bon sujet de dessin de presse?
Oui, bien sûr, c’est un sujet universel et qui parle à tout le monde, que l’on soit amateur de dive bouteille ou non. Il faut dire aussi que l’actualité récente a été plutôt riche dans le domaine et je n’ai pas résisté à m’en inspirer pour quelques dessins. Les visiteurs auront l’occasion de les voir ou de les revoir parmi ceux exposés dans le salon.

Avez-vous, vous-même, des liens privilégiés avec le monde du vin?
Contrairement à ce que l’on pense parfois, je ne suis pas propriétaire de vignes, en revanche j’ai quelques bons amis vignerons. Marie Thérèse Chappaz, la célèbre vigneronne valaisanne, pour ne citer qu’elle, en fait partie, preuve que je ne suis pas trop sectaire et que même si les crus vaudois ont ma préférence, il m’arrive de faire des exceptions.

Total de votes: 660