Le Cafetier

Journal des cafetiers, restaurateurs et hoteliers romands

PRODEGA GROWA TRANSGOURMET

Un terroir qui a su rebondir

Bâle-Campagne

La vigne déteste l’humidité… qui est la carte de visite du nord-ouest de notre pays. Comme dans une large proportion de notre pays, le vignoble bâlois a dû être globalement repensé si les exploitants voulaient relever le challenge de commercer des vins de bonne qualité. Défi relevé !

Communauté constituée en 2011, la région viticole regroupe les vignobles des cantons de Bâle-Ville, Bâle Campagne et de Soleure, ainsi que des terres en zone limitrophe (France, Allemagne) cultivées par des exploitants suisses. Elle s’étend sur une surface de 130* hectares environ, qui rassemblent les cépages anciens et nouveaux, tels que le Pinot noir, le Riesling-Silvaner, le Chasselas, le Pinot gris, le Kerner et le Sauvignon blanc. 

Un climat humide
Les maladies comme le mildiou ont considérablement ravagé les cultures. En 1965, le vignoble ne comptait plus que 50 hectares valides. Fort heureusement depuis 1970, les progrès techniques ont permis aux viticulteurs du Nord de la Suisse d’accroître les domaines. A coups de nouvelles méthodes, d’implantation de variétés et grâce à des standards de qualité caractéristiques de cette région culturelle, les vins de la région du Nord-Ouest helvétique ont su conquérir une clientèle toujours plus exigeante, de part et d’autre de la frontière. Les viticulteurs de la région de Bâle-Soleure sont globalement satisfaits de la récolte tardive de 2016. Elle a profité d’une fin d’été clémente pour compenser les effets de la gelée tardive du 28 avril. La production totale de 868 tonnes dépasse donc de  6.8% la récolte 2015, indique le rapport officiel*.

Premier vin d’Etat
La première sélection historique du vin de l’Etat de Bâle-Campagne a été lancée en juin dernier par l’organisation et le Centre Agricole Ebenrain. Parmi les nominés, le Buusner Riesling Silvaner 2015 de Sissach avec le label Buess (cf. encadré). En 2012, l’association privée «Excursions des deux Bâle» a édité une petite brochure de promenades sur les cantons de Bâle-Ville et de Bâle-Campagne. Ce sont des excursions intéressantes, autant pour les entreprises que pour les familles.

www.baselbieterwein.ch 
www.wanderwege-beider-basel.ch

 

L’histoire des vins Buess
Pour eux, le vin n’est pas un mythe: il se vit au quotidien, depuis l’entrée en fonction de Jakob Buess dans l’exploitation de son oncle, Heinrich Fichter, en 1839. Motivé par l’arrivée du rail, le jeune homme se met à son propre compte en 1855. Les générations se suivent. En 1920 l’exploitation rachète le «Domaine de Champréveyres» (NE), dont une recherche a mis en lumière en 1936 que ses raisins se prêtent particulièrement à la champagnisation. Les marques du domaine sont le Grand Crémant Laurent, le Prosecco Villa Bidini, le Campo Real et La Parisienne. Depuis 3 générations, l’entreprise achète en outre les récoltes des communes de Buus et de Maisprach. Elle importe également, notamment de la Valteline (Italie), du Beaujolais (France) et d’Espagne. Depuis 1977, Laurent de Coulon représente la 5e génération. En 1991, il plante de nouveaux pieds sur les terres paternelles du «Domaine Château Souaillon» à Saint-Blaise (NE), répertorié en 2001 dans le guide «Der kleine Johnson». La marque BUESS dédie sa production aux connaisseurs privés, aux restaurateurs et hôteliers, aux boucheries et épiceries, ainsi qu’à la grande distribution. Et elle prend de l’altitude dans les menus First de la compagnie aérienne Swiss.

www.buessvins.ch 

*Source: Centre agricole Ebenrain, rapport 2016

Sandy Métrailler

Total de votes: 91