Le Cafetier

Journal des cafetiers, restaurateurs et hoteliers romands

PRODEGA GROWA TRANSGOURMET

Claude Membrez: «Expo Milano, un défi pour Palexpo»

Propos recueillis par Nathalie Brignoli

Claude Membrez, directeur de Genève Palexpo, a relevé le défi d’exploiter, en partenariat avec AMS Agro-Marketing Suisse, les restaurants du pavillon suisse d’Expo Milano 2015.

Pourquoi avoir accepté de participer à Expo Milano? 
La Suisse est le premier pays à avoir adhéré à Expo Milano 2011. L’Exposition universelle Milano 2015, qui se déroule jusqu’au 31 octobre 2015, est le plus grand événement jamais réalisé sur l’alimentation et la nutrition. Elle permettra de découvrir et d’essayer les meilleurs plats du monde, mis en avant par chaque pays. C’est la première fois que Palexpo participe à l’événement. Présence Suisse nous a confié l’exploitation des restaurants. Cela représente un défi considérable, qui se prépare bien à l’avance, mais nous avons suffisamment d’expérience grâce à toutes les manifestations qui ont eu lieu sur le site de Palexpo. Le marché de l’Italie du Nord est très important pour nous. En tant que directeur de Palexpo, j’ai toujours reçu beaucoup de visiteurs italiens à toutes nos manifestations, notamment au Salon de l’automobile, qui accueille 35 000 Italiens chaque année. J’avais envie d’aller à leur rencontre et de participer à l’événement. Nos liens avec l’Italie en sortiront renforcés. 

Quel sera votre objectif principal? 
Il ne s’agit pas de gagner de l’argent, mon objectif est essentiellement promotionnel; je voudrais éveiller l’intérêt des visiteurs pour la gastronomie suisse. Cet événement, qui verra défiler environ 20 millions de visiteurs sur six mois, est une vitrine mondiale où l’on peut mettre en avant nos produits et une occasion unique de faire connaître les atouts de la Suisse, comme la qualité du service, l’accueil, la convivialité et la qualité de nos produits. 

De quelle infrastructure disposez-vous? 
L’Expo Milano se déroule sur 1,1 million de mètres carrés, avec la participation de plus de 140 pays et organisations. Nous aurons environ 40 personnes actives dans nos restaurants et si l’on compte les stands, où les visiteurs peuvent acheter les produits, nous devrions arriver en tout à 120 employés, avec un mélange de personnel suisse et local. 
Quelles difficultés rencontrez-vous par rapport à l’organisation? 
Les contingences économiques sont difficiles. Nous rencontrons surtout des difficultés avec l’export des produits agricoles. N’oublions pas que la Suisse ne fait pas partie de la communauté européenne, ce qui complique considérablement les démarches douanières et les formalités administratives, également pour l’engagement de personnel local. Le franc suisse fort n’est pas un avantage non plus. C’est en cela qu’Agro-Marketing nous aide beaucoup: ils savent, comme nous, qu’il vaut mieux mettre en avant des produits existants et déjà connus à l’export, comme les fromages de la Gruyère, plutôt que de faire découvrir un petit fromage peu connu et rare, qu’il faudrait cependant proposer en quantité, et dont le prix est excessif. Le même problème se pose avec les vins: on ne peut pas présenter des vins trop chers, car cela découragerait le public italien, qui ne manque pas de bons vins à prix compétitifs et le public international, qui trouve déjà que les prix suisses sont trop élevés.

Total de votes: 372