Le Cafetier

Journal des cafetiers, restaurateurs et hoteliers romands
 

PRODEGA GROWA TRANSGOURMET

Produits genevois, une notoriété en hausse

Genève

Denis Beausoleil a le sens commercial. Le dynamique directeur de l’OPAGE (l’Office de promotion des produits agricoles de Genève) est en train de mener sa troisième campagne de sensibilisation aux produits du Terroir. Et ça prend. 

La première campagne de promotion, conduite il y a quelques années, concernait la notoriété du label GRTA (Genève Région Terre Avenir), le principal mandat de l’OPAGE qui vise à la mise en valeur du label et des activités de la multifilière, ainsi que l’ensemble des évènements organisés à la Maison du terroir. 
La deuxième partie de la campagne de notoriété a porté sur les produits du terroir, il y a deux ans. Résultat: un bon impact, mais les gens ont cru que le label GRTA s’appliquait seulement aux légumes. «Aussi cette année, le thème sera le lien à la terre avec des figures d’agriculteurs, d’éleveurs, de vignerons. Du concret. Il faut que les gens sachent que l’on peut également trouver de la viande, des fromages ou d’excellents crus dans la région». Elle recèle également d’excellents élevages, par exemple deux maisons qui produisent 200’000 poulets GRTA par année, avec une moyenne de 11’000 œufs par jour. Un autre éleveur assure également l’engraissement d’un millier de porcs, également GRTA, par année.

La ville et sa campagne
Le canton de Genève, connu principalement pour sa ville, est également un grand canton agricole. Son espace rural représente plus de la moitié de son territoire. Au-delà de sa fonction de poumon vert pour l’agglomération, cet espace est un grand producteur de denrées alimentaires. L’agriculture genevoise, qui ne représente que le un pourcent de l’agriculture suisse (en nombres d’exploitations, en surface et en revenu brut), a tout de même 11’000 hectares de surfaces agricoles utiles (SAU) dont plus de 8’000 hectares en surfaces d’assolement (SDA) et près de 400 exploitations professionnelles. Genève est le troisième canton viticole de Suisse, le troisième canton dans le domaine des serres et des tunnels de culture et le septième producteur de colza.

Genève et Région
Et même, on déborde un peu. Conséquences: on a dû corriger le label et y ajouter le mot «Région» dans le sigle «Genève Région Terre Avenir-GRTA». Cependant pas question d’étendre plus loin au-delà de la frontière le territoire agricole et maraîcher.
L’Opage et le GRTA n’ont pas d’équivalents en Suisse. Ils ont été créés en 1995 par le conseiller d’Etat Jean-Philippe Maitre. La promotion de tous les produits (plus de 500) est coordonnée en direct de toutes les filières. «Nous avons un mandat de prestations de l’Etat. Il se renouvelle tous les quatre ans», explique le directeur de l’Opage. Justement, on vient de signer le nouveau mandat en 2017.

On boit du Genevois
Il a l’air bien parti. Ainsi, l’objectif 2015 était que la notoriété de GRTA devait atteindre au moins les 70%. Or selon une étude DemoSCOPE de 2015, cet objectif a été largement dépassé. La notoriété de GRTA est en effet montée de 66% (en 2011) à 79% (en 2015). Mieux encore, si l’on prend les crus du vignoble genevois, il y a un très gros progrès entre 2010 et 2014: 51% des interrogés ont répondu qu’ils consomment toujours, presque toujours ou alors régulièrement du vin de Genève au restaurant. Ces segments de réponses n’étaient que de 38% en 2010 et de 30% en 2002. 
On a mis du temps à réunir tout le monde. Mais maintenant, c’est fait. «Nous essayons également de travailler avec le plus grand nombre de restaurants possibles, qui ressentent le besoin d’être livrés en circuit court». Sans oublier les grands distributeurs. La Migros, par exemple, a été très habile avec son label «De la Région». 

Pascal Claivaz

Total de votes: 103