Le Cafetier

Journal des cafetiers, restaurateurs et hoteliers romands

PRODEGA GROWA TRANSGOURMET

La jeunesse au défi du Gastro Union Challenge

Ernest Ghislain

Organisé dans le cadre de Gastronomia, la 2e édition du Gastro Union Challenge de Hotel & Gastro Union aura lieu du 9 au 11 novembre 2014.

Du dimanche au mardi, des équipes d’apprentis s’affronteront lors du Gastro Union challenge, autour du thème «La créativité à travers nos produits du terroir», organisé par l’association Hotel & Gastro Union. Lancé il y a deux ans pour donner un côté un peu plus «spectaculaire» au salon Gastronomia, le Gastro Union Challenge est «une sorte de pépinière de talents», selon Eric Dubuis, secrétaire romand d’Hotel & Gastro Union. Cette année, le Centre de formation professionnelle services et hôtellerie-restauration (CFPSHR) de Genève envoie deux équipes. «Le Centre s’investit régulièrement dans de tels concours, déclare Angelo Boschetto, le directeur. Ils donnent une bonne image de ce qui peut se faire».
Le challenge du mois de novembre stimulera à n’en pas douter les participants, pour sa deuxième édition. L’objectif du concours est de permettre à chacun de dépasser ses limites et d’être reconnu, tout en développant la cohésion d’équipe et la créativité des apprentis. Les autres objectifs assumés sont de faire travailler les produits du terroir et bien sûr de promouvoir la formation initiale auprès des professionnels. Pour un organisme comme le CFPSHR, c’est clairement une belle occasion d’accompagner des apprentis dans une démarche valorisante. Les entreprises qui les encadrent y trouvent d’ailleurs également leur compte et sont généralement d’accord de libérer leur apprenti pour se préparer à la compétition. 
Un concours 
doublement valorisant
Chaque jour s’affronteront quatre équipes, composées d’apprentis, cuisinier CFC, employé en cuisine AFP et spécialiste en restauration CFC, voire employé en restauration AFP. Un coach les a formés puis encadrés sur trois à cinq semaines, ce dernier peut être un patron, un professeur ou un maître d’hôtel. «Les enseignants de cuisine sont les moteurs des équipes, salue Angelo Boschetto. S’investir dans un concours ne fait pas partie de leur cahier des charges, ils le font bénévolement parce qu’ils aiment ce type d’expérience». Le plaisir est totalement didactique: le jour de l’épreuve, le coach n’a ni le droit d’aider à cuisiner ni d’aider pour le service. 
Lors du Challenge, des superviseurs garantissent l’équité de l’évaluation des différents métiers. Le jury composé de spécialistes évalue en effet la performance de chaque candidat, tant pour le service que pour la cuisine ou la dégustation. Les vainqueurs auront le privilège de faire un stage d’une journée à l’Hôtel de ville de Crissier; le chef Benoît Violier est pour la deuxième fois président d’honneur du concours. «Grâce à l’implication d’une telle personnalité, le concours valorise le métier», affirme Eric Dubuis. Sa présence est un événement en soi, le public et les candidats ne s’y tromperont pas. 

Total de votes: 381