Le Cafetier

Journal des cafetiers, restaurateurs et hoteliers romands
 

PRODEGA GROWA TRANSGOURMET

Toutes les caves de Suisse en poche

Arnold Kohler

Le portail Swiss wine directory est un annuaire de vignerons amélioré. Accessible actuellement en version bêta, il promet d’être l’outil incontournable pour les amateurs de vins.

Fort de son expérience de trois ans dans la promotion de vins suisses, à travers Swiss wine selection, Hervé Badan lancera officiellement en janvier «Swiss wine directory», sa plateforme de géolocalisation de vignerons. Elle regroupera les quelque 1600 producteurs de vins suisses et apparaît davantage qu’une base de données. «C’est un monde que je connais bien et que je peux vraiment aider», assure Hervé Badan. 
Pour intégrer le site Swiss wine directory, les vignerons ont le choix entre trois offres – trois façons de bénéficier d’un coup de pouce pour leurs ventes. «Souvent, ces passionnés sont seuls, à la cave, à la vigne et à la vente; il ne leur est pas toujours possible de mettre à jour leur site», constate Hervé Badan. La formule «basique» est gratuite et consiste à simplement figurer dans l’annuaire. L’offre «business» offre un onglet supplémentaire, sur une page plus ergonomique. Enfin, la version «premium» offre un  mini-site web. La formule est idéale pour les domaines de petite ou moyenne taille qui ne peuvent faire appel à une agence de communication, mais qui entendent rivaliser avec leurs concurrents. Une partie de la somme est, d’ailleurs, réinvestie dans la communication numérique, avec une prise en charge des campagnes Google adwords et du référencement de leur page web. Le site Swiss wine directory va donc plus loin que le simple référencement. Les producteurs peuvent en décider du contenu, en fonction de leur abonnement, et mieux valoriser leur travail. 

Une offre simple et complète
Sophie Durgedil, viticultrice du Domaine Durgedil à Dardagny, travaille avec Hervé Badan le reste de l’année dans le cadre de Swiss wine selection. Elle apprécie la possibilité de trouver pléthore d’informations sur un site unique. Elle a d’ailleurs souscrit à un abonnement premium. «Je me mets à la place du consommateur, c’est énervant d’avoir à télécharger 23 applications pour avoir toutes les références». La vigneronne, qui se considère de «l’ancienne génération» est heureuse de pouvoir déléguer à des gens compétents l’entretien de sa vitrine numérique. «Je préfère être plus devant mes vignes et moins devant mon ordinateur», avoue-t-elle. Pour les vignerons, la nécessité de faire un produit de qualité ne suffit pas, il leur faut surtout promouvoir leur travail, efficacement. Hervé Badan l’a observé: «si le site n’est pas attrayant, il causera plus de préjudices que de bénéfices». «Le look très épuré du design de son site m’a vraiment plu», déclare Sophie Durgedil, particulièrement attentive à l’image véhiculée sur le net et ouverte à toute nouvelle technologie «tant qu’elle n’a pas à s’en occuper». L’intérêt pour un vigneron d’être présent en ligne, est de donner envie au client final, local ou de passage, d’aller lui rendre visite. «C’est parfois fastidieux de simplement savoir quand la cave est ouverte», déplore le fondateur du site. Or, pour un domaine comme celui de Sophie Durgedil, les ventes en direct représentent en valeur nominative jusqu’à 70% du carnet de commande. 

Internet passage obligé
En matière d’applications «vinothèques», les professionnels ont l’embarras du choix, il leur faut être vigilant. «On est beaucoup approché, confirme Sophie Durgedil, mais ce n’est souvent pas la panacée: je m’étais inscrite à une application parce qu’elle n’était pas chère, mais au final, je n’ai eu aucune commande». Le double intérêt du Swiss wine directory est d’être complet pour les consommateurs, et complémentaire pour les professionnels, notamment de l’application Vinea, qui est une sélection de 500 vignerons. Sur Swiss wine directory, il n’y a pas de classification, mais, au contraire, un aspect exhaustif. «C’est à l’application de nous apporter une plus-value, non l’inverse», estime Sophie Durgedil. Comme dans bien des domaines, Internet ne fera pas tout, il s’agira encore pour les vignerons d’être présents lors de foires et d’événements viticoles pour faire découvrir leurs produits ainsi que sur la carte de restaurants.

Total de votes: 379