Le Cafetier

Journal des cafetiers, restaurateurs et hoteliers romands

Découverte: whiskies d’Ecosse, les célèbres malts des Isles

Légalement, le Scotch Whisky est fait en Ecosse, et porte le nom de whisky s’il a séjourné plus de trois ans en tonneaux. En Ecosse, les régions à whisky sont aussi dissemblables que les régions viticoles de Suisse ou de France. Par le biais de ses ressources naturelles, de ses conditions climatiques et des traditions en place, le terroir d’origine confère à chaque single malt un caractère particulier.

Outre les Highlands et la Spey, les «Isles» – les îles – produisent des malts tourbés, aux arômes fumés puissants, avec des notes d’épices et, parfois, une note iodée par les brises marines.

ILE D'ISLAY
On raconte que ce seraient des moines irlandais qui auraient introduit, au début du XIVe siècle, l’art de la distillation sur l’île d’Islay. En effet, ils y auraient trouvé les conditions idéales pour produire le Uisge Beathe – l’eau de vie –, notamment de l’eau très pure à profusion et un ancêtre de l’orge actuel, cultivés par les céréaliers locaux, dont il était possible de distiller le surplus.
A l’époque, on distillait ouvertement, dans des bars plus ou moins clandestins, jusqu’à ce que l’introduction d’une taxe sur le whisky, en 1644, oblige les distilleurs à se réfugier dans des grottes ou vallons embusqués, pour éviter d’être repérés. La colline de la péninsule d’Oa était connue pour ses distilleries clandestines, avec ses alambics cachés dans tous les coins. 
Aujourd’hui, il reste huit distilleries dans Islay qui, avec celle de Jura, produisent plus de 20 000 m3 d’alcool par an, dégageant un revenu fiscal annuel de 400 millions de livres sterling. 
Autrefois, plus de 90% du whisky produit dans les îles entrait dans la composition des grandes marques de whisky – Johnny Walker, Black and White, Ballantine, Chivas, la liste est longue.
Mais, avec l’engouement mondial pour les «Single Malts», ces whiskies furent réservés à ce marché et, suite à une pénurie de vieux malts, certains sont devenus très recherchés: récemment, une bouteille de Black Bowmore 1897 s’est vendue aux enchères à un collectionneur américain, pour £14,000.– (env. 19 800.– francs suisses) 

ILE DE JURA
Vers 1800, Lord Archibald Campbell bâtit une distillerie, près d’une grotte où l’on alambiquait clandestinement depuis 1600.
L’alcool présentait une caractéristique typique de whisky de malt tourbé, très éloignée de la production actuelle. La distillerie fut louée à James Ferguson en 1875, puis reconstruite en 1884, pour produire environ 300 000 litres l’an.
Début 1900, les Fergusson se disputèrent avec le lord Campbell de l’époque, à propos de taxes sur le bâti, et quittèrent la distillerie de Jura. Ils démontèrent les machines qu’ils avaient installées et retirèrent les toits des bâtiments, pour ne plus payer de taxes. La distillerie tomba en ruines et on crut à la fin des whiskies sur l’île de Jura.
Mais, dans les années 50, afin de lutter contre la vague de chômage qui touchait l’île, quatre entrepreneurs locaux réunirent des fonds pour construire une distillerie, sur l’emplacement de l’ancienne, et produire un whisky de type Highland, différent de celui produit auparavant, à forte odeur de tourbe. Inaugurée le 26 avril 1963, elle employa le quart de la main-d’œuvre locale et ses alcools subtils lui permirent de remporter de nombreuses distinctions.

SUPERSTITION SUR L'ILE DE JURA 
Les habitants de l’île de Jura sont superstitieux, et des vieilles croyances perdurent, telle la prophétie d’un Campbell borgne qui fermerait la distillerie, ou encore la recommandation de ne pas ramasser la tourbe avant mai. 
Ces superstitions attirent l’attention sur les excellents vieux malts, ou leurs whiskies plus jeunes, à tourbe de printemps. Elles constituent un véritable hommage aux traditions et à l’héritage mystique de l’île de Jura. 

SINGLE MALT OU NON
Quand un single malt n’est pas un single malt? Lorsqu’il s’agit d’un sextuple single malt…
C’est ainsi qu’il faut concevoir le Six Isles Pure Island Malt Scotch Whisky: une réflexion sur les îles, selon la bannière qui figure fièrement sur la grande et élégante boîte noire. 
La bouteille contient un assemblage unique, des meilleurs whiskies de malt provenant de six îles productrices écossaises –  Arran, Islay, Jura, Mull, Orkney et Skye. 
La couleur claire de l’alcool annonce un joli mélange de gouts variés qui dévoile les strates d’un fascinant digestif: un complexe inusité de tourbe, fumée, bruyère, miel, eau de mer et iode s’ajoute aux éléments classiques que l’on apprécie dans un whisky de malt. 
Pas étonnant qu’il soit d’un prix royal, mais quel délice! 

JF Ulysse

Photo : © Fotolia

Total de votes: 228