Le Cafetier

Journal des cafetiers, restaurateurs et hoteliers romands

PRODEGA GROWA TRANSGOURMET

Liestal, une «ville à la campagne»

Bâle-Campagne

Lionel Marquis

Elue au printemps dernier «Ville suisse du Goût 2016» Liestal, chef-lieu du demi-canton de Bâle-Campagne, est, en quelque sorte une «ville à la campagne». 
Née de la partition du canton de Bâle en 1833,  la «petite Bâle» se prépare à fêter dignement cet événement. 

Après Locarno en 2015, c’est donc Liestal qui a été choisie pour être la «capitale» suisse du goût, édition 2016. Pour marquer l’événement, le chef-lieu a cassé sa tirelire pour organiser et présenter un programme digne de son rang. Tout commence le 15 septembre prochain à midi. Ce jour-là, la Rathausstrasse (rue de l’Hôtel-de-Ville) sera en fête. En effet, la Ville du Goût ouvrira la manifestation avec une grande dégustation à laquelle toute la population est invitée. Durant les onze jours de la manifestation, plus de 40 exposants entre agriculteurs, vignerons, boulangers et bouchers seront au rendez-vous avec plus de cent événements pour rendre hommage à la créativité culinaire de la région de Bâle-Campagne. Le 17 septembre, au même endroit, aura lieu le grand Marché du Goût de Liestal. Le grand final, ce sera pour le 25 septembre, toujours à la même adresse, Rathausstrasse, à partir de midi, avec une grande table de 700 couverts.
 

Découvrir Liestal

Le demi-canton de Bâle-Campagne est né des suites de la lutte des paysans qui réclamaient plus d’égalité et les citadins de la capitale rhénane. Le chef-lieu du demi-canton de Bâle-Campagne jouit de plusieurs avantages qui ont vraisemblablement pesé dans la balance lors de la désignation de la Ville suisse de la Semaine du Goût 2016. Tout d’abord, il y a le fait que Liestal, au contraire de Bâle, ne possède que peu d’industries à ses alentours. Deuxième avantage, les dimensions relativement réduites de la ville (environ 15 000 habitants en 2014), la rendent attractive pour tous ceux qui souhaitent quitter la métropole rhénane et ses embouteillages, sans toutefois s’en éloigner trop; Liestal n’étant qu’à 17 km de sa grande sœur. Siège des autorités cantonales, ville d’administration et de services, Liestal joue un rôle de centre régional pour la vallée inférieure de l’Ergolz, principal cours d’eau de Bâle-Campagne, affluent de la rive gauche du Rhin, dans lequel il se jette aux environs d’Augst. 
A partir de 1870 et jusqu’à la Première Guerre mondiale, la petite localité devient un lieu de villégiature des Européens en route vers le sud et désireux de prendre le temps de s’acclimater, grâce aux bains à leur disposition: ceux salés de l’auberge Falken, de Bad Schauenburg et de Bad Bienenburg. Au milieu du XXe siècle, encore plus de la moitié des travailleurs du secteur secondaire de Liestal étaient employés dans l’industrie de l’habillement et du textile ou dans les constructions métalliques et les machines, notamment dans les fonderies, les machines agricoles et véhicules communaux, les appareils électroménagers. Parmi les autres employeurs importants, il faut mentionner la chimie pharmaceutique, l’imprimerie Lüdin, éditeur de la Basellandschaftliche Zeitung, seul quotidien du canton, et la brasserie Ziegelhof qui, en mai 2006 remit toutes ses activités brassicoles à l’entreprise Eichhof à Lucerne. Les grands bâtiments industriels (textile, construction de machines et d’appareils) ont été affectés à d’autres usages ou démolis. Si en 1910 le secteur secondaire employait 60% des personnes actives, en 2000, il n’employait plus qu’un petit tiers. 

Total de votes: 169