Le Cafetier

Journal des cafetiers, restaurateurs et hoteliers romands

PRODEGA GROWA TRANSGOURMET

Une offre et une traçabilité de produits remarquables

Genève

La Ville de Genève est aux avant-postes de la Semaine du Goût. Elle continue son travail de pionnier, en étroite collaboration avec la Société des Cafetiers, Restaurateurs et Hôteliers de Genève (SCRHG). Sandrine Salerno, conseillère administrative et vice-présidente, n’a pas perdu son enthousiasme de la première heure, quand elle contribuait à ancrer cette manifestation dans sa Ville de Genève. Elle a répondu à nos questions.

Combien de restaurants participent-ils à cette Semaine du Goût 2017/Ville de Genève?
En 2017, 45 restaurants participeront à la Semaine du Goût en Ville de Genève. Ces établissements représentent le cœur de la manifestation et rivalisent chaque année de créativité pour proposer au moins deux suggestions et un plat du jour «fait maison» à partir de produits 100% locaux. 
En parallèle, cette édition sera marquée par plusieurs nouveautés, visant à faire découvrir à la population la diversité et la qualité des produits de notre région. La soirée d’inauguration réunira par exemple une quinzaine de stands de producteurs et de productrices, de vigneron-ne-s, de brasseries artisanales et de fermes biologiques. 
 

Y a-t-il une progression depuis les débuts de la participation de la Ville à cette manifestation?
Oui, clairement. Les trois premières années (2010-2013), 20 à 30 établissements participaient à la Semaine du Goût, avec un cahier des charges relativement léger. Depuis 2013 et alors même que les exigences de la Ville n’ont cessé d’être revues à la hausse, on a constaté une augmentation du nombre de participant-e-s, qui tourne désormais autour des 50. Je tiens d’ailleurs à saluer ici l’investissement des cafetiers et restaurateurs, qui jouent le jeu avec beaucoup de sérieux, de professionnalisme… et parfois une touche de folie! 
 

Genève et vous-même, Madame Salerno, avez joué un rôle pionnier dans ce domaine. Lequel?
L’alimentation est un domaine essentiel pour les villes, dans la mesure où elle se situe à la croisée d’enjeux sanitaires, écologiques et économiques. Un peu partout en Europe, de nombreux citadin-e-s dénoncent les dérives de l’industrie agroalimentaire et souhaitent revenir à une alimentation plus saine. La Ville de Genève a donc décidé en 2012 de mettre en place une véritable politique autour de l’agriculture de proximité et de l’alimentation durable. Notre objectif est d’avoir accès à des produits de qualité et de bénéficier d’une information transparente sur les filières alimentaires. L’organisation de la Semaine du Goût fait partie des actions développées avec un accent sur l’économie locale. Nous travaillons en partenariat avec le comité genevois de la manifestation, qui réalise un travail remarquable. 
Année après année, cette manifestation porte ses fruits. Je tiens d’ailleurs à souligner que ce travail de promotion économique autour de la restauration, l’offre de produits locaux, leur traçabilité est assez unique en Suisse. 
 

Etes-vous satisfaite du taux de notoriété publique des restaurants «Ambassadeurs du terroir genevois», dans le cadre du label Genève Région – Terre Avenir (GRTA)?
Ces dernières années, la notoriété de cette certification a clairement augmenté, comme en témoigne le nombre croissant de restaurants qui souhaitent être labellisés. A l’avenir, il sera essentiel de continuer à travailler pour faire connaître la certification GRTA, afin qu’un plus grand nombre de professionnel-le-s prennent l’habitude de travailler avec les produits labellisés ou plus généralement des produits dont on connaît l’origine.

Que peut-on encore faire pour accroître l’usage du «circuit court» entre les consommateurs et les producteurs agricoles et viticoles? Et comment le circuit court peut-il aider à la notoriété des restaurants genevois?
D’abord, il me semble essentiel de poursuivre le travail de sensibilisation auprès des consommateurs et des consommatrices pour les convaincre d’acheter les produits locaux.  Il faut davantage faire connaître ces produits, montrer – par exemple lors d’ateliers de cuisine – comment les utiliser, mais aussi rappeler l’importance de la production agricole et viticole pour l’économie et la préservation de notre territoire. Nous devons également lutter contre certaines idées reçues, notamment l’idée que les produits locaux sont forcément plus chers. Et puis, lorsqu’ils le sont effectivement, il est important de valoriser le prix de ces produits comme un prix juste pour le producteur, un prix juste pour manger sainement. 
Pour les restaurants, je suis convaincue que l’usage des circuits-courts est un véritable argument de promotion. Ils représentent une excellente manière de se démarquer de la concurrence et de garantir une qualité à une clientèle toujours plus exigeante. Et ce d’autant plus qu’aujourd’hui «le fait maison» et les produits locaux rencontrent un écho croissant dans les médias.
 

Quel rôle joue la Société des Cafetiers, Restaurateurs et Hôteliers de Genève (SCRHG) dans la recherche de la qualité et du plaisir de bien manger grâce aux produits de la terre genevoise?
La SCRHG joue un rôle important de promotion de ces questions, notamment par le biais de ses publications. Et puis, elle est aujourd’hui un partenaire très important de la Ville de Genève lors de la Semaine du Goût. Elle nous donne accès à ses membres, nous permet de les inviter. Sans son appui, ce serait plus compliqué de trouver des établissements motivés. Ce partenariat nous donne donc un vrai coup de pouce pour faire évoluer les pratiques de la restauration vers la qualité et le bien manger. 
 

Comment vivrez-vous cette Semaine du Goût 2017? Une grande fête?
Oui, j’adore cette manifestation! C’est une formidable occasion de découvrir de nouveaux restaurants et d’apprécier la créativité des restaurants que je connais déjà. C’est aussi l’occasion de participer aux évènements festifs organisés dans les autres communes genevoises. Et de partager de beaux moments de convivialité autour de produits de qualité.

Pascal Claivaz

Total de votes: 52