Le Cafetier

Journal des cafetiers, restaurateurs et hoteliers romands

 

PRODEGA GROWA TRANSGOURMET - Actions et nouveautés

GastroNeuchâtel: Bilan et avenir

Neuchatel

JC Genoud-Prachex

L’abolition du certificat de cafetier a incité GastroNeuchâtel à remettre sur le métier son ouvrage, pour continuer de proposer des formations de remise à niveau, tant à ses membres qu’aux non-membres.

En vigueur depuis janvier, la nouvelle législation sur les établissements publics (LEP) et sur la police du commerce (LPCom) ne contient plus trace du «Certificat neuchâtelois de cafetier, restaurateur et hôtelier», exigé jusqu’alors. En fait, la demande d’autorisation d’exploiter un établissement demeure (Art. 10 LEP 2014) et Neuchâtel s’est voulu précurseur, dans le but d’augmenter le niveau de prestations des restaurants et cafés du canton.
La ristourne octroyée par l’Etat a incité GastroNeuchâtel, Hotelleriesuisse Neuchâtel-Jura, HôtelGastroUnion et Unia à créer la CPNHR (Commission Professionnelle Neuchâteloise de l’Hôtellerie et de la Restauration), qui la gère et propose à chaque établissement public du canton qui paie sa redevance de suivre des cours de formation continue et de perfectionnement gratuitement, tant pour le chef d’établissement que pour ses collaborateurs, grâce à une nouvelle structure, eureka-formation.ch.  
Formations volontaires, continues gratuites, remises à niveau, ce surcroit d’activité nécessitait des bureaux adaptés: c’est à St Blaise que se trouve dorénavant la Chambre cantonale neuchâteloise de l’hôtellerie et de la restauration, composée de GastroNeuchâtel, Eureka-formation.ch, l’Association Festin neuchâtelois, Hôtel & Gastro formation – Neuchâtel et du Village gourmand de Capa’cité.
Le petit journal, nouveau portevoix de GastroNeuchâtel et de ses membres
Depuis aout 2015, GastroNeuchâtel édite un bulletin éditorial: le Petit Journal remplace le courrier que l’organisation faitière cantonale adressait à ses membres une dizaine de fois par année. Ce nouveau mensuel se veut d’une lecture facile et agréable, et s’est fixé pour objectif de donner la parole à différents acteurs de l’environnement professionnel cantonal.
Le Franc fort inquiète la branche 
Dans le canton comme dans tout le pays, hôteliers et restaurateurs se démènent pour attirer le client. Certains baissent leurs tarifs, d’autres préfèrent miser sur de la publicité ciblée, soigner la qualité des services, mettre en place des offres ponctuelles ou des packages-deal combinant nuitées et activités de loisirs.
Le succès reste à venir, comme en témoigne l’action «Stop au franc fort», lancée dès le mois de mars: trois nuits d’hôtel pour le prix de deux. Par contre, les entrées gratuites dans les musées et sur les sites touristiques ou des heures de location gratuite de vélo semblent plus séduire les visiteurs. A noter que les Suisses restent fidèles, voire plus, et que la demande croît, en provenance des zones hors Euro, ce qui nourrit l’espoir.
Transports publics gratuits pour les touristes
Un accord, que Hotelleriesuisse-NE-JU et GastroNeuchâtel appelaient de leurs vœux depuis longtemps, a enfin été passé entre Tourisme Neuchâtelois et les transports publics du canton, aux termes duquel, dès le 1er janvier 2016, chaque visiteur payant la taxe de séjour bénéficiera gratuitement de tous les transports publics du canton.
GastroNeuchâtel innove dans la communication
Enfin, GastroNeuchâtel et son nouveau président, Lionel Billard, ont choisi de miser sur une nouvelle manière de se faire connaitre de ses membres et des postulants, en créant une infographie de conseil pour qui désire ouvrir un établissement, et une plaquette de présentation plus attrayante et résolument moderne. 

Toutes deux, et bien plus encore, sont à disposition sur www.gastrone.ch

Total de votes: 192