Le Cafetier

Journal des cafetiers, restaurateurs et hoteliers romands

PRODEGA GROWA TRANSGOURMET

Gilles Meystre: «2015, l’année de tous les changements»

Vaud

propos recueillis par frédéric finot

Elu le premier juillet 2015, Gilles Meystre, qui succède à Frédéric Haenni, à la tête de GastroVaud pendant 16 ans, hérite d’une situation des plus saines qu’il entend bien garantir tout en innovant pour répondre au mieux aux besoins des membres de GastroVaud
Vous avez été élu à la présidence de GastroVaud le 1er juillet, quels sont vos projets pour l’avenir?
Trois priorités animent la nouvelle équipe qui constitue la Présidence de GastroVaud: d’abord, lutter contre les inégalités dont souffrent les restaurateurs, par rapport à de nouveaux types de restauration: food trucks, repas à la ferme et tables d’hôtes plus ou moins clandestines. Car on ne peut tolérer que les uns aient toutes les contraintes et les autres toutes les libertés! Ensuite, garantir la santé financière de l’association, telle que transmise par l’équipe sortante. Enfin, innover, pour répondre aux besoins des membres. Nous devons mettre à leur disposition des outils qui simplifient leur quotidien, en matière de communication, de visibilité, de maitrise des règlements en vigueur et de conseil.  
Quel bilan tirez-vous de 2015?
2015 fut l’année de tous les changements! Changement d’équipe, avec le départ de Frédéric Haenni qui nous a efficacement conduit durant 16 ans. Changement structurel, avec le passage de 19 à 10 sections régionales et des nouveaux statuts. Changements légaux enfin, avec des modifications substantielles apportées à la LADB. Ces changements ont induit de nouvelles opportunités, mais se sont aussi traduits par d’importants travaux supplémentaires qu’il a fallu conduire sans péjorer nos activités courantes. Je remercie d’ailleurs tous ceux qui ont permis de relever ces défis, en particulier les membres sortants et entrants du Comité et du Bureau cantonal, ainsi que l’ensemble des collaboratrices de notre secrétariat.
Quels sont les défis qui vous attendent en 2016?
Premier défi: l’introduction des nouveaux cours CRH, qui passent de 17 à 26 jours obligatoires. En termes d’organisation, ce n’est pas une mince affaire! Mais pour la profession, c’est une chance: les futurs exploitants disposeront de cours obligatoires dans les domaines de la gestion, de la connaissance des produits vaudois et de la sécurité, notamment. 
Second défi: encourager la formation continue, qui prolonge nos cours obligatoires. Nous travaillons avec la Fondation des métiers de bouche pour renforcer le soutien financier apporté aux candidats, l’argent étant souvent un frein à leur inscription. 
Troisième défi: supprimer les distorsions de concurrence en matière de food trucks. Ceux-ci manipulent, transforment et vendent des aliments comme tout autre restaurant, mais ne sont soumis à aucune formation. Des exigences en matière d’hygiène notamment doivent leur être imposées. 
Quelles sont vos actions pour assurer la relève de la profession?
Avec Hotel & Gastro formation VD, nous promouvons nos métiers avec succès, puisque le nombre d’apprentis reste stable, malgré une démographie en baisse. Mais nous tenons aussi à diminuer les ruptures de contrats en intensifiant le travail d’appui réalisé par les commissaires d’apprentissage auprès des patrons et des jeunes. 
Quels souhaits formulez-vous pour vos membres pour 2016?
Des affaires en hausse. Des contraintes en baisse! Et du temps pour eux-mêmes et leur famille! 

Total de votes: 372