Le Cafetier

Journal des cafetiers, restaurateurs et hoteliers romands

PRODEGA GROWA TRANSGOURMET

Yves Rondez: «L’année 2014 ne restera pas dans les annales»

Jura

Yves Rondez fêtera ses 15 ans de présidence de GastroJura en 2015, il aspire à passer la main et qu’un sang neuf apporte un nouveau souffle à la section.

Quelle a été la situation économique de votre canton en 2014?

Ce fut une année particulière, si l’on peut dire, pour la restauration traditionnelle. Au premier semestre nous avons enregistré une baisse significative de chiffre d’affaires suivi d’un été catastrophique. Le plus difficile à gérer pour nous étant l’irrégularité de la fréquentation de nos établissements, notamment pour ce qui concerne la gestion du personnel. Faut-il réduire le nombre de salariés au risque de ne plus pouvoir faire face à un afflux de clientèle? Faut-il conserver une brigade au grand complet et avoir plus de salariés que de clients? Chaque jour, c’est un peu la quadrature du cercle à résoudre. Il y a de moins en moins de règles en fonction du jour de la semaine ou des périodes de congés et l’on est un peu obligé de naviguer à vue. Les habitudes de la clientèle ont radicalement changées et nous devons faire face à une concurrence de plus en plus forte des fast-foods. D’une part, les temps de pause diminuent et les gens n’ont plus guère le temps de fréquenter les restaurants classiques et d’autre part, le budget consacré au repas diminue. A de rares exceptions près, les restaurateurs du Jura ont perdu entre 5 et 10% de leur recette.

Quels ont été les moments forts pour les membres de votre association?

Cette année a été marquée en particulier par le refus du peuple d’harmoniser la TVA entre la restauration classique et la vente à l’emporter. Nous ne pouvons que le regretter, d’autant plus que l’on s’est rendu compte que lorsque l’on prenait le temps de bien expliquer à nos clients quels étaient les enjeux de cette votation, nous emportions très souvent leur adhésion. La mobilisation a été un peu difficile, chacun étant pris par ses affaires et nous n’avons pas pu ou pas su prendre le temps nécessaire pour défendre nos intérêts. On peut le regretter mais au final, le peuple est souverain et nous ne pouvons nous en prendre qu’à nous-mêmes.

Quels thèmes préoccupent vos membres, actuellement? Nous sommes une bien petite section puisque nous ne comptons qu’environ 220 membres et il faut bien reconnaître que chacun de nous se consacre essentiellement à son entreprise et l’on ne peut pas dire qu’un thème en particulier nous préoccupe plus qu’un autre. Nous devons tous nous adapter aux changements de mode de consommation et trouver les solutions pour nous maintenir.

Quels seront les axes directeurs de votre action 2015?

J’espère me trouver un successeur, cela fera 15 ans en 2015 que j’exerce la présidence et il est temps pour moi de passer la main, ne serait-ce que pour apporter une nouvelle vision, un nouveau souffle à notre section. A ce jour personne ne s’est proposé pour me remplacer mais je ne désespère pas qu’un candidat se présente à notre prochaine assemblée générale.

Sur quels événements touristiques 2015 se fondent vos espoirs d’embellie?

La fête de la Saint Martin reste l’un des moments forts de l’année qui est ponctuée d’un  marché à Porrentruy où plusieurs milliers de personnes sont venues festoyer ainsi que le  marché concours à Saignelégier qui attire également une grande foule. Mais à l’avenir  nous aurons à cœur de reconquérir les fêtes privées, les anniversaires et autres repas qui, de plus en plus se déroulent dans des  salles, les cabanes forestières et autres nécessitant  un service traiteur. Des locaux souvent très bien équipés mis à la disposition du public pour organiser, repas ou cocktails. En réalité, si l’on prend tout en compte, cette formule n’est pas si avantageuse, entre le prix de la location, les heures de travail, le nettoyage à effectuer après la fête, l’économie réalisée est loin d’être importante. A nous de le faire comprendre et de mieux communiquer pour convaincre nos clients des avantages à faire appel aux professionnels de la restauration.

Formulez un souhait pour vos cafetiers, un deuxième pour vos restaurateurs et un troisième pour vos hôteliers?

Je leur souhaite bien sûr à tous de réaliser de bonnes affaires, en leur conseillant toutefois de rester prudent en cette période pleine d’incertitudes et de continuer à gérer leur entreprise en bon père de famille. Je leur adresse mes meilleurs vœux pour la nouvelle année,  leur famille et leurs proches.

Propos recueillis par Michel Bagard

Total de votes: 417